Grand témoin

AGIR souhaite faire vivre le débat, en particulier sur les sujets intéressants notre territoire du sud de l’Aisne bien sur mais pas uniquement.

Ainsi nous dédions cette rubrique à des acteurs locaux qui librement viennent s’exprimer pour donner leur point de vue.

  • Une nouvelle collectivité sur le territoire de l'UCCSA ?

    Par Emeric LUQUIN, Maire de Domptin Depuis plusieurs semaines, le monde des élus locaux est à nouveau en effervescence. La raison ? Le projet de Schéma Départemental de Coopération Intercommunale. Défini par le sigle SDCI, ce document porté par le préfet du département propose la création, la transformation, la fusion de communautés de communes et de syndicats ainsi que la modification de leurs périmètres. C'est en application de la loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe) que les Préfets ont engagé cette concertation. Concernant notre territoire du sud de l'Aisne, le préfet, dans son projet présenté le lundi 12 octobre 2015, propose de fusionner entre elles les communautés de communes de l'Ourcq et du Clignon , du Tardenois, de Condé en Brie et de la Région de Château-Thierry. Reste pour l'instant toute seule la communauté de communes du canton de Charly-sur-Marne. Cette dernière est au-dessus du seuil minimum des 15 000 habitants fixé par la loi et ses élus ont fait valoir leur souhait de ne pas fusionner. D'une façon plus générale, et sans s'appesantir plus sur le devenir de ce projet de SDCI, quel est l'intérêt de fusionner les communautés de communes ? Notre rôle, élus locaux, est d'exercer les compétences que nous dévolue la loi, tout en répondant aux besoins de nos habitants et en optimisant l'usage des deniers publics. Or aujourd'hui, les communes et les communautés de communes vivent dans un contexte marqué par les restrictions budgétaires, un environnement législatif de plus en plus contraignant et complexe, et des habitants demandeurs de services. Pour pouvoir faire face à ces contraintes tout en répondant aux attentes, les élus ne peuvent plus rester de simples gestionnaires et raisonner uniquement sur leur périmètre cartographique. Ils doivent prendre de la hauteur et raisonner sur une logique de bassin de vie. Et c'est cela qu'offre comme opportunité la fusion des communautés de communes du sud de l'Aisne : mutualiser les expériences et les acquis de chacun pour travailler sur un territoire géographiquement pertinent. En nous réunissant, nous serons plus forts pour faire face aux nouvelles obligations que nous confiera le législateur. En réfléchissant sur la logique de bassin de vie, nous ne serons plus en concurrence les uns et les autres pour résoudre nos problématiques communes touchant le développement économique, l'éducation, la santé, les transports … En mutualisant les fonctions « support » (ressources humaines, comptabilité, services juridiques, informatiques …) et les projets (études préalables, appels d'offres ... ) nous pourrons sans doute faire des économies mais surtout prioriser et mesurer la pertinence des actions envisagées. Allons jusqu'au bout de la démarche entamée depuis de nombreuses années avec l'UCCSA et profitons-en pour donner un nouveau souffle au Pôle d'Equilibre Territorial et Rural (PETR) qui regroupe les cinq communautés de communes. De part ces actions, le PETR-UCCSA s'est posé en interlocuteur privilégié de la Région et de l'Etat sur un grand nombre de sujets et pilote les aides financières importantes qui en découlent. Parmi les dernières réalisations, nous pouvons citer le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT), le Plan Climat Energie Territorial (PECT), le programme européen LEADER (Liaisons Entre Actions de Développement de l'Economie Rurale). Malgré tout, force est de constater que dans ce domaine des améliorations sont possibles. En effet, de part sa nature et son monde de fonctionnement le PETR-UCCSA est toujours en avance sur les sujets : il est sans cesse à la recherche de thèmes porteurs et de subventions. Or, cela n'est pas le cas pour la très grande majorité des collectivités membres … d'où des projets à monter en urgence pour ne pas laisser passer les subventions, d'où des dossiers qui rentrent au chausse-pied dans les conditions d'acceptabilité, d'où l'effet saupoudrage des subventions … Nous avons donc sur notre territoire un existant qui ne demande qu'à être amélioré … Passons de cinq intercommunalités et un PETR-UCCSA à une seule entité, passons d'une intercommunalité de gestion à une intercommunalité de projets. Avec une population totale dépassant les 70 000 habitants, une capacité budgétaire d'autant plus importante, notre territoire pourra peser et se faire entendre plus fortement. Bien sûr, je suis conscient du chemin à parcourir pour atteindre cet objectif. Un important travail est à réaliser sur le rapprochement des compétences, celui de la fiscalité mais également sur la mise en place d'une gouvernance efficace et représentative de notre ruralité. Le tout accompagné d'une conduite de gestion du changement à destination des personnels et des habitants. Mais nous n'en sommes pas encore là. Le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale est actuellement soumis à la consultation pour avis des élus. Espérons que ces derniers prendront conscience des enjeux et réaliseront que derrière les chiffres il s'agit avant tout, comme l'écrivait déjà en 1967 Gérard Belorgey, d'« Aboutir à une vision générale des priorités parce qu'elle est la seule rentable, en écartant les « saupoudrages » de crédits et en donnant aux points les mieux placés du territoire les moyens de leurs fonctions respectives ». Emeric Luquin, Maire de Domptin    
    Emeric LUQUIN
    Maire de Domptin